Idoles et légitimité de soi

Kristen Stewart aka LA fille idolâtrée (qui au passage est -je trouve- un super cool être humain)

Cette fois-ci je voudrais te parler de l’état d’adoration. Et plus précisément des célébrités.

La papesse Tavi Gevinson (grande avocate des adolescents, créatrice du magazine en ligne Rookie, objet des regards en début d’adolescence dû à son approche décalée de la mode) a toujours été amenée à comprendre le jeune ado et selon elle le « fan-girling » en est une pièce non négligeable.

Dans cette conférence, elle décortique brièvement les dessous de l’adoration chez l’ado, et pourquoi ça ne devrait pas être une expérience négative. Si vous voulez la conférence en entier, au sujet plus large elle est ici.

Je pense que l’admiration est propre à chacun. Personnellement, je n’ai jamais été une groupie. Je n’ai pas de « chanteur préféré » que je suivrais au bout du monde, je n’appréhende pas mes « difficultés dans la vie » en me disant -que ferai cette personne à ma place ?- et je ne me dis pas, cette personne est géniale, je dois adopter sa garde robe.

Je trouve qu’à notre époque, du moins maintenant, avoir des idôles (oui plusieurs) est un phénomène qui est exacerbé et beaucoup plus facile dû à internet. Quand j’étais au collège, vers 13/14 ans internet était un nouveau-né. Alors les geeks vont pleurer devant cette phrase, parce qu’internet existe -vraiment- depuis les années 90 mais bon on est d’accord, c’est dans les années 2000 que tout le monde s’en servait quand même et que ça a commencé à évoluer. En tant que pré-ado, ma génération était présente sur facebook (ses débuts), MSN et skyblog/skyrock (utilisé trois fois et jamais utilisé). C’est plus ou moins tout. Ah non, c’était aussi les débuts de Youtube où pour le coup à cette époque là ne contenait que des vidéos de chats/bébés. Pas très glorieux.

Donc finalement, on n’avait pas vraiment cette plateforme où trouver des infos sur les célébrités comme on les connais aujourd’hui. Donc la « solution » c’était les magazines féminins (oui parce que moi Closer avec les stars de la télé c’est pas vraiment ma tasse de thé hein). Chez moi on lisait le ELLE. Ma grand-mère lisait le ELLE, ma mère lisait le ELLE, alors quand on le recevait le vendredi dans la boite aux lettres c’était coolos (je sais pas si dans ma famille on a changé ou pas mais maintenant on lit plus le ELLE. Je trouve que depuis 5 ans environ c’est devenu tout pourri).

Moi il y avait deux trucs qui m’intéressait dans les magazines féminins, c’était les recettes (ou les trucs autour de l’alimentation parfois) et les interviews des actrices. J’aimais bien surtout savoir ce qu’elles faisaient comme sport/ce qu’elles mangeaient/leurs astuces beauté et comment elles étaient devenues actrices. Les autres personnes je m’en fichais. Je ne sais pas si c’était le fait d’être une jeune fille qui me poussait à trouver les actrices fascinantes mais en tout cas j’adorais ça. Et d’ailleurs j’ai pas vraiment honte de l’avouer j’aime toujours autant les actrices (enfin pas toutes).

Et le truc c’est que bizarrement, je lisais tous ces trucs à propos de leur vie et je n’étais pas envieuse ou je ne fantasmais pas sur leur vie, et je n’avais pas envie d’acheter ce qu’elles mettaient/utilisaient. J’étais contente de savoir, c’est tout. Et ça je crois que peu de gens fonctionnaient comme moi pour le coup.

Si on revenait à la réalité nan ? Aujourd’hui, ce ne sont plus les magazines. Aujourd’hui ce sont les blogueuses et les blogs dédiés à des célébrités dans la majorité. Le fan-girling s’est plus ou moins transposé des acteurs/chanteurs/artistes en tout genre vers les personnes influentes de la blogosphère. Et encore une fois, bizarrement je n’ai pas vraiment changé de point de vue. Maintenant on a les blogs, les vlogs et instagram majoritairement. Moi les seuls que je regarde ce sont pratiquement tous les mêmes qu’il y a quelques années (je dirais que ça fait 4 ans que je lis des blogs). Et les seuls que je regarde c’est parce que j’aime bien la personne qui est derrière. Tous les articles « mode de vie » et « questionnements » m’intéressent et tous les articles beauté/mode etc. ne m’intéressent pas. Par exemple j’aime bien essie button. Je ne regarde jamais ses articles/vlogs beauté mais je regarde ses vlogs de son quotidien. Garance Doré, ça m’intéresse quand Garance parle de Garance. Je préférais son blog il y a quelques années, maintenant ça ressemble un peu trop à un magazine féminin je trouve. Sinon j’aime bien regarder des blogs de cuisine, des conférences sur Youtube etc. Bref, t’as compris l’idée. Si j’avais droit qu’à un seul blog, c’est celui de Marie, Une chic fille. Oui je t’en ai déjà parlé 63 fois et demi je sais mais elle a un truc que les autres n’ont pas, je suis désolée.

Donc où je veux en venir ? Qu’est ce que ça montre de nous d’être autant captivés par la vie de quelqu’un d’autre ? Il y a quand même une sorte de voyeurisme je trouve. Mais à partir du moment où quelqu’un est d’accord pour se dévoiler sur internet et que toi en retour tu ne fais pas une psychose sur une personne, je pense que ça reste sain. Moi j’ai le sentiment que quoi qu’il arrive, je sais garder de la distance avec les choses donc ça ne pose pas de problème. J’imagine que pour avancer dans la vie, on a tous besoin de modèles ou de références et une envie d’être soi en mieux et qu’en quelque sorte se poser des questions à travers l’autre c’est plus facile et en quelque sorte réconfortant.

Ce qui m’a intéressé dans le speech de Tavi, c’est le problème de ne pas vouloir faire quelque chose parce qu’une de tes idoles le fait très bien. Tu finis par ne rien faire parce que tu sais que ce sera moins bien. Et dans ce cas là je terminerais avec une citation toute bidon que j’avais trouvée sur pinterest mais qui reste quand même intelligente:

2d4ef0fa01e63f5f2b96ec48a1d3eec3

Ca va, t’as pas perdu des neurones en cours de route ? 😀

Donc pour ne pas perdre son « soi » il faut savoir faire la part des choses et surtout se connaître. Oui pour l’inspiration, non pour la copie conforme.

Vous en pensez quoi ? Qui sont vos idoles ?

PS: Bien sûr dans cette article je prend le côté populaire de la chose. Ton idole peut être un artiste, écrivain, philosophe. Et croyez moi j’en ai aussi, peut être que je ferai un article sur « les personnes qui te font devenir toi ».

Bisous ∴

2 commentaires sur “Idoles et légitimité de soi

  1. C’est intéressant cette histoire d’idoles (et pourquoi ca a l’air d’etre propre aux « jeunes filles en construction » et pas aux garcons).
    Pour moi avoir des modeles, c’est important pas pour les copier mais plus pour saisir l’idée que c’est possible de faire des choses dans la vie (ces personnes qu’on admire ont été comme nous a une époque).
    C’est marrant, en y réflechissant la j’ai pas trop d’idoles blogueuses / actrices. Si je devais citer des personnes que j’admire vraiment et dont j’aime décortiquer le parcours de vie, je dirais Simone de Beauvoir, Eva Joly (et peut etre un peu Angelina Jolie, j’avoue tout)

    J'aime

    • Je ne sais pas vraiment si c’est propre aux jeunes filles, mais j’avoue que je ne peux parler que de ce que je connais, donc ici j’ai évoqué la relation d’admiration seulement par le prisme « féminin ». Je n’ai jamais vraiment discuté de ce sujet avec des garçons, ça pourrait être intéressant. J’ai l’impression que c’est peut être plus « dur » pour eux parce que la majorité des blogs et/ou magazines sont écrits par des femmes pour des femmes. Et je dois admettre qu’il y a peu de sujets autres que beauté/mode ou autres sujets typiquement féminins qui circulent, qui puissent intéresser les garçons (et bien sur PLEIN de filles) -dans le cadre du sujet de mon article évidemment-. En ce qui concerne les célébrités autrement vues que par ces biais il faudrait que je me renseigne pour les garçons ! Donc en fait c’est un peu, soit cette approche là, soit te construire des « idoles » par le biais culturel (qui là concerne beaucoup plus de gens). Mais je ne voulais pas parler de ça dans cet article parce qu’au final nos idoles artistes (au sens très large, ça peut être un physicien ou un réalisateur) je trouve sont plus généralement nos idoles dû à leur travaux plutôt qu’à leur personne (bien que ça ne soit pas le cas pour plein d’exemples). En fait j’ai le sentiment qu’il y a des personnes que l’on admire et d’autres que l’on « vénère » (avec de gros guillemets) et que la différence est en grande partie faite par la médiatisation.

      Tout à fait d’accord avec l’idée de faire des choses dans la vie, c’est pourquoi j’aime beaucoup lire les parcours des célébrités qui m’intéressent.

      Après je parle d’idoles ici mais je n’en ai pas vraiment non plus, pour moi ça fonctionne plus par « périodes de vie », j’en parlerai dans un prochain article sur nos influences qui nous construisent. Merci pour ton commentaire 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :