Se partager

Il se trouve que.. j’ai toujours eu une attitude hyper paradoxale entre mes relations et mon caractère. Je déteste être rattachée à quelqu’un. Et j’aime beaucoup passer du temps seule. D’un autre côté j’ai besoin d’appartenir à un « groupe ». J’ai besoin qu’on vienne vers moi. J’ai..ben ouais j’ai besoin des autres.

Ca a toujours été facile pour moi de me faire des amis. Je suis une casse couille avec les gens qui sont plus proches que le sont mes amis. Genre ma famille. Et puis c’est tout. Comme si je leur réservais la meilleure partie de moi ahem. Parce qu’en soi, avant mes seuls problèmes c’était mes relations familiales (bon parfois je flippais pour mes cours mais ça passe). J’avais des copines cool. Et des copains cool. J’ai jamais été fachée avec l’un d’entre eux. J’ai juste eu des coupures dues à la distance. Tout ça jusqu’à la Terminale. Là j’ai commencé à comprendre que plus tu grandis, plus les relations que tu as deviennent complexes. Que ça demande des efforts de garder des amis. Parce que sinon j’ai toujours fais en sorte de ne pas partager des choses qui plomberaient mes relations. De ne pas trop me dévoiler. J’étais, je crois, une bonne amie. Je sortais des vannes, on se faisait des soirées sympa. Et puis je leur demandais comment ils allaient. J’essayais de les soutenir du mieux que je pouvais. Parfois je râlais sans retenue pour des petites merdes mais c’est tout.

Beaucoup de personnes que j’ai côtoyées n’avaient pas de « gros » problèmes. Je crois que jusque là je m’en suis sortie. Et puis j’ai eu deux ou trois relations « pénibles ». Parce qu’on a souffert un peu tu sais. Et du coup on est pas restés amis et ça fait un peu mal, ça pique, ça brûle.

En soi quand ta famille te dis qu’elle te connais par coeur, tu te marres. Sauf que c’est horrible à quel point c’est vrai. Elle connait à mort ton caractère. Par contre elle connait pas un truc. Et ça fait toute la différence. Elle ne connait pas tes sentiments, tu ne les partages pas avec eux. Du moins pas moi. Je partage les sentiments que je ressens envers eux. Genre je les aime. Mais je leur raconte pas ma vie. Et ça.. Soit tu le partages avec tes amis/amoureux-se. Soit tu gardes tout pour toi.

Moi j’étais plus le genre à tout garder pour moi. Je racontais ma vie de lycée et de potes à mes amis. Mais jamais mes problèmes familiaux ou mes chagrins d’amour (wow jeez on est où là). Jamais ce que je ressentais vraiment dans les parties de ma vie où ça laisserait transparaitre une certaine vulnérabilité.

J’ai pas vraiment gardé mes amis de lycée. J’étais la seule à aller à Paris en premier lieu. Et puis tout s’est écroulé avec la distance. J’ai pas fais les efforts qu’il fallait. Ils les ont pas fait non plus. J’ai gardé une pote qui déchire et puis nada. Je m’en veux un peu..
Et en même temps, avec beaucoup d’entre eux, j’avais pas de « connexion ». Là c’est gros racontage de vie (ça, ça va poser problème à mon égo mais bon, on l’emmerde un peu aujourd’hui).
C’est là où je veux en venir. De toute manière je reparlerais surement de ce sujet (t’as remarqué comment en période de vacances d’été j’écris que des trucs mélodramatiques ?)

Il y a peu je suis tombée amoureuse (oh mon dieu je m’énerve déjà) (sortez les violons) et il se trouve que mon mec a des relations très intéressantes.

En gros, contrairement à moi (ahah) il a de très bons amis depuis le lycée. Et LUI il les a gardés. Mais ce qui est cool c’est que c’est pas des potes en ton-car, c’est des amis bétons. Des relations très soudées. Et je suis graaaaave jalouse. (Oui moi je suis pas la meuf qui jalouse son mec parce qu’il regarde d’autres filles mais parce qu’il a des potes du tonnerre)

Quitte à « me » dévoiler aujourd’hui…

Mon mec est « un peu » un geek. Et évidemment il voulait me présenter à ses potes, et essayer (j’imagine) qu’ils m’apprécient. Ou peut être juste montrer que sa copine n’est pas une andouille dégénérée. Parce que ses potes sont importants pour lui.

Il se trouve que c’est les vacances donc tout le monde est un peu à droite à gauche. Et je rappelle que c’est genre communauté geek interplanétaire. D’habitude ils ont une conversation Facebook pour parler entre eux et là ils en ont fait une où je pouvais participer.

Meilleur truc de la vie.

Faut dire que ses potes sont très drôles.

Attends je vais m’acheter de la pizza je reviens.

En fait je suis revenue avec des sushi. Pas de la pizza.

Bon je disais quoi… Ouais donc les geeks sont cool déjà. Bon dans un sens je suis mi geek (j’allais faire une blague débile… Devine… Vraiment cherche pas loin c’était pourri)…

Donc je voulais parler de deux choses. Déjà qu’est ce qu’on dit ou non aux autres. Et ensuite comment ça se passe avec les potes de potes ou les environnements considérés..je sais pas « étrangers ».
Ca va paraître sur-ironique le truc mais.. Je parle beaucoup de moi (genre salut j’ai un blog) mais en même temps je ne dis rien de très personnel. Je ne me livre jamais. (Je parle de la vie réelle)
En gros depuis que je suis jeune (et je ne sais pas pourquoi) je garde mes sentiments pour moi ou alors « j’explose » chez moi. Je dirai qu’en dehors de ma famille, devant des personnes extérieures, j’ai du pleurer quoi… cinq fois à tout casser. A vrai dire, avant qu’on me dise il y a peu que j’étais très secrète vis à vis de ma vie privée, je ne m’en étais même pas rendue compte. Que je ne disais jamais de détails, racontait des histoires sur moi.

A vrai dire j’aimerais votre avis. Parce que je ne parle jamais de moi de manière intime. Le plus intime doit probablement être mon blog. Ou maintenant que je suis avec quelqu’un, je me dois un peu de me faire violence pour montrer qui je suis. Parce qu’au final les gens veulent savoir. Les gens aiment savoir. Et moi aussi sur les autres. En général on vient me parler, parce que les gens ont confiance en moi. Et…je dirai que je sais bien écouter mais je ne sais pas vraiment conseiller au mieux parce que je ne me livre pas en retour. Se livrer en retour ça rassure les gens. Bref je suis encore sortie du sujet.

Revenons aux potes de mon copain veux-tu. Aka « environnement étranger » comme je dis. Je sais jamais trop comment se comporter dans ces cas là. Parce que forcément tu veux être toi même et sympa. Tu veux « faire honneur » à la personne qui leur est rattachée. Mais…moi je me suis toujours dis que dans ces cas là, tu ne pouvais pas vraiment être amie avec les amis de ton mec/ta nana. Je crois que pour les autres « environnements » ça ne pose pas de problèmes, mais dans ce dernier cas c’est pas non plus évident.
Tout simplement parce que de un, tu seras toujours « la copine de » avant d’être « ami avec quelqu’un ». Tu es toujours « ami avec les amis de ta pièce rapportée » et pas « ami tout court ». Et de deux, parce que si tu te sépares de ton copain/ta copine, et que tu es bon pote avec ses amis…ben t’es obligé de les perdre parce que c’est ton copain qui est en pole position et que le choix est vite fait. Mais même avec ça, tu mets un peu le bazar.

Je sais pas pourquoi j’ai l’impression de tourner autour d’un sujet sans rentrer dedans. C’est n’imp.

Bon revenons à cette conversation FB à plusieurs. D’habitude ça parle de tout et n’importe quoi. Ca balance pas mal du dossier, ça parle beaucoup de minettes à serrer (pour être poli), ça fait des photomontages (geek je rappelle), et puis ça déconne bien. C’est très sympa, faut être réactif (avec un peu d’humour et de répartie c’est toujours mieux). Mais un soir on était plus que trois à interagir (oulah on dirait un vieux tutoriel sur un cd rom de bibliothèque de saint ouen les pavés qui parle de l’époque internet 90s). Et on a parlé sérieusement. On parlait d’études. Et on était en petit comité. On a finit par faire part de nos doutes d’adulescents (ouais tu sais le truc dont parle ELLE une fois par an). Et c’était super intéressant.
Cet article n’a aucun sens, je parle de plusieurs trucs à la fois, on peut jamais voir la fin parce qu’en soit il n’y a pas de chute. Je crois juste que ce sont des sujets intéressants.

J’imagine que, le sujet est pour moi le plus important. Je peux avoir une personne que je ne connais pas du tout en face et lui parler de choses intimes, si ce sont des thèmes pour lesquels je suis passionnée. Comme si en ayant cette discussion, tu ne peux pas t’empêcher d’y prendre part parce que ça te tiens à coeur tu vois ? Je crois que c’est davantage ça que d’avoir la « bonne personne » en face, avec laquelle tu es à l’aise pour te « dévoiler ». Je pense que certains sujets pour moi restent très durs à aborder, peu importe qui est mon interlocuteur. Je crois que même pour certaines choses je n’arrive pas à en parler avec ma famille et ma soeur.
Peut être que le plus facile c’est de parler avec un étranger que tu ne reverras jamais. Quand j’étais au Danemark, un californien est venu me parler et on a passé la journée ensemble. Le fait que c’était une certitude qu’on ne se reverrai jamais faisait que je pouvais être ridicule, honteuse, trop extravertie ou peu importe laquelle des restrictions que je me donne normalement, je la chassais. Aucune barrière si ce n’est être honnête, sympa et tolérante pour accueillir je sais pas..la nouveauté j’imagine.

Je sais que ça ne parait pas fini, ou peut être pas commencé mais… Je sens que j’en reparlerai et je ne sais pas donner de « chute » à cet article. Je crois, que comme mon caractère qui est très fermé à la démonstration de sentiments, je ne sais plus quoi dire maintenant. Ca fait trois fois en quelques jours que je continue mon article sans savoir où je veux en venir.

Le wwoofing c’est toujours aussi cool sinon. Aujourd’hui j’ai planté des radis et des panais. J’ai désherbé des plantations, j’ai coupé des branches et puis récolté des fèves, de la roquette, et d’autres « mix greens » pour les vendre à la coop’ ! 😉

Là c’est tea time (je rappelle on est en angleterre) et puis tout le monde appelle la wifi son meilleur pote.

Je t’embrasse, bon aprem ∴

PS: Ben toi t’en penses quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire sur “Se partager

  1. Les panais! Ou the légume que tu sais pas comment le prononcer ou le cuisiner (ps: j’ai pas commenté le dernier article sur les baba cools mais je voulais dire: moi aussi je trouve ca sympa les rangements de cuisine avec boites empilées sur des étageres. Cependant: attention aux mites) (c’était la minute « bonsoir j’ai 40 ans »)

    Sinon concernant le vif du sujet de l’article 🙂
    Je sais pas si c’est un « probleme » de pas assez se dévoiler. Je veux dire c’est pas un truc qui doit etre forcé, ca dépend vraiment des circonstances je trouve.
    Moi ca ne me pose pas de problemes de parler (tant avec des proches qu’avec des inconnus) de choses que d’autres personnes qualifieraient volontiers de « trop personelles » (au sens « too much information »). Genre j’adore parler de mes mycoses plantaires haha.
    Je trouve qu’il y a plein de choses de la vie quotidienne qu’on garde pour soi alors que c’est trop interessant de savoir que les autres vivent ca aussi…

    Apres, je me renferme super vite dans ma coquille quand on essaye d’extraire des informations de moi. Je déteste les conversations avec des inconnus, par exemple, ou la personne pose des le début plein de questions du genre ou tu habites, qu’est-ce que tu fais dans la vie etc. Déja parce que je suis un poil parano et que j’aime pas donner trop de détails qui permettent de « m’identifier », d’avoir acces a tous les pans de ma vie. Deuxiemement parce que je trouve pas ca interessant. Ce qui est interessant, c’est les débats plus « abstraits » (genre le choix des études par exemple, comme dans ta conversation facebook)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :