Actrice

J’ai toujours été obsédée par les actrices.

Depuis que je suis naine, ma mère m’emmène dans les ciné d’art et essai. Et puis il y avait le ELLE et ses interviews tous les vendredi dans la boite aux lettres.
Les chanteuses, les sportives, les mannequins, les écrivaines, je n’en avais que faire. Vraiment. Aucun intérêt. Par contre les actrices c’était autre chose. Et il fallait vraiment que ce soit des femmes. Les acteurs n’avaient que peu de goût pour moi.

A chaque fois que je vais au cinéma, depuis « mes débuts », les actrices, les personnages qu’elles jouent me font rêver. Ca c’est vraiment ma dope. Surtout les caractères forts. Quand elles sont sures d’elles, ou très fragiles, j’adore ça. Quand elles sont belles, quand elles dégagent un magnétisme puissant, je suis à bout de souffle.
Je t’ai déjà dis que quand j’étais petite, internet n’existait pas et dans ma famille on était pas très branchés magazines people ou télé réalité. Donc tout ce que je pouvais récupérer c’était l’âme des actrices durant la projection du film. Tout. Les gestes, les détails de leurs tenues, leur élocution, leur tocs, les spasmes, leur vernis sur leurs mains…
J’étais fascinée. Je crois que je le suis toujours.
Quand je suis au ciné avec ma famille je suis toujours celle qui dit en plein milieu du film: « Aah aah elle ! Elle joue dans (…) », et ma mère rigole et me dit que c’est ouf que je me souvienne de tous ces trucs, même si ça date de mille ans.

Et puis, certaines m’intéressaient plus que d’autres. Et je traquais leurs interviews dans le ELLE. Ce qui est bizarre, c’est que contrairement aux autres (je crois), j’étais absolument creepy au cinéma (ou seulement émerveillée j’imagine) et puis ensuite connaitre leurs « vraies vies » était attrayant mais je ne voyais pas ça comme indispensable ou magnétisant.

Et puis bon..internet est arrivé. Et sans te laisser dans une illusion mensongère, moi aussi j’ai stalké.
Je ne sais pas si c’est le fait que, de par leur métier on a envie de les connaître, leur vrai caractère, parce que nous donner à rêver des personnes irréelles et fabuleuses c’est leur métier. Vouloir trouver -la vraie- parmi les fausses c’est un jeu tentant. Ou bien parce que les actrices dans notre monde sont en quelque sorte le reflet d’un certain perfectionnisme, peut importe où on les voit. On a envie d’elles. Ou peut être que c’est seulement moi, je l’admet.

Tumblr, Instagram, les pages internet en tous genre, de fans, de magazines. Ca m’arrive de les éplucher, de  chercher les moindres détails. Parce que j’ai vu un film. Que mon coeur tout mou a prit un coup, parce que j’ai aimé plus que de raison l’histoire de cette nana. Ou sa manière de bouger, de vivre parmi les autres. Qu’elle savait ce qu’elle voulait et qu’elle était belle. Alors je veux en savoir plus, c’est plus fort que moi.
Je veux m’accaparer cette beauté.
Parfois je vois, je découvre le personnage, le réel et ça ne me bouscule pas. Et d’autres fois, je veux tout savoir, j’ai l’envie d’envier, je deviens stalkeuse professionnelle. Je suis le genre de geek frénétique sans connaitre la technique. Seulement geek dans l’âme et pas au niveau de la carte grise.

Je crois, qu’il y a les actrices où je voulais que ça ne s’étende pas en dehors de la salle de cinéma. Comme Gena Rowlands dans Une femme sous influence, Naomi Watts dans Mullholand Drive, Susan Kohner dans Mirage de la vie ou Jodie Foster dans Taxi Driver.
Et puis il y a celle où plus jeune, voire maintenant où je trouvais un intérêt, un attrait un peu fou peut être et j’avais envie de les connaitre. Pour de vrai, alors que c’était impossible. Oui je suis un peu une andouille mais bon, c’est la jeunesse j’imagine (cette blague).

Alors comme beaucoup (peut être pas forcément en france) au lycée j’ai eu une période où je mourrais devant Kristen Stewart. La reine du cool, qui a un style génial pas parce que c’est mode ou quoi mais parce que c’est vraiment sa signature. Elle s’en fout, elle s’habille très adolescent avec des t-shirts tout cons, un slim 7 for allmankind et a les cheveux en pétard plein de shampoing sec, avec des tonnes de sneakers et des lunettes de soleil sur sa peau translucide. Sa gestuelle, et comment elle galère à parler parce que c’est compliqué parfois pour elle. Moi j’ai vu deux fois le premier Twilight au cinéma pour être honnête. Et j’avoue que c’est THE truc dont il faut avoir honte mais qu’au final j’assume très bien. Mais c’est pas avec Twilight que je suis tombée amoureuse d’elle. Il y a plein de films où je l’ai beaucoup aimée (franchement ça vaut le coup aussi de jeter un oeil aux films qu’elle a tourné très jeune). Mais là où j’ai commencé à baver comme une adolescente des 70s devant un chanteur de rock, c’est le jour où j’ai vu Welcome to the Rileys. Je suis juste tombée amoureuse. J’y pouvais rien.

J’étais pas le genre à faire des collages de photos creepy sur un carnet ou à chercher tous les articles qui parlaient d’elle au tabac-presse. Seulement le ELLE (en scred, je faisais bien mine de pas y toucher quand même), et puis je voulais savoir ce qu’elle aimait faire de ses journées, connaitre son look, ce qu’elle utilise comme produits de beauté et puis ce qu’elle compterai faire si elle était pas dans l’industrie.
Mais ça me fait rarement ça. Parce qu’en général je tombe amoureuse de rôles fous et magnifiques mais avoir une passion pour une actrice c’est limite extérieur à sa carrière. C’est seulement une histoire de personnalité. Mais je crois que ça m’est arrivé deux trois fois malgré tout.

Je pense aussi que…étant donné que j’ai baigné dans la culture cinématographique avec ma mère qui est une grosse cinéphile (ou cinéphage peu importe), que j’ai fais du théâtre pendant plusieurs années etc… J’imagine que dans un coin de ma tête je me suis rêvée actrice. Je pense que c’est seulement que j’aimais voir. Et que j’étais très introvertie plus jeune mais qu’en petit comité j’adorais m’inventer des caractères différents. J’aimais beaucoup le miroir et faire des grimaces, me déguiser. Comme la plupart des petites filles peut être. Il n’empêche que je crois avoir gardé un peu de ça dans ma « vie d’adulte » (comme ça paraît déprimant comme ça, alors que ça ne devrait pas l’être). En sortant du cinéma, je veux toujours emporter un détail, qui sera un nouveau bout de ma personnalité. Pas parce que je veux copier. Mais..j’imagine, seulement pour une raison qui est que j’ai été marquée et que je veux absolument m’en souvenir et garder ça avec moi. Ca devient mon trésor à chérir. Et j’éprouve un sentiment d’excitation en sortant de la salle obscure et en palpant le froid, dehors. Parce que je suis la seule à le savoir quand ça fait enfin parti de moi. Grace à une actrice.

PS: Ouhlala je me suis créée un compte Instagram.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :