Mes livres préférés de 2016

Cette dernière année était ma première année de lecture si on veut. Et j’ai pas mal lu, 45 livres si on en est à compter.
J’ai quasi lu que des auteurs anglophones. Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’adore lire en anglais. J’ai toujours apprécié la langue et j’ai l’impression que ça ajoute quelque chose à ma lecture, que c’est plus amusant.

J’ai été très influencée par les lectures d’Emma Roberts (mon crush de l’année) qui poste toutes ses lectures sur son Instagram. Vu que je ne savais pas trop comment commencer vu que je n’y connaissais rien, j’ai commencé par choisir un livre qui me paraissait abordable et ainsi de suite.
Il s’avère que ses goûts m’ont vraiment plu, elle lit une grande variété de livres et de genres. Il y a eu quelques flop, beaucoup de bonnes lectures, et aujourd’hui je vais vous montrer ceux qui m’ont le plus plu.

Il s’avère que je ne suis pas du genre à discriminer un livre, et que mes notations sur Goodreads (oui je suis ce genre de personne) sont un peu bizarres.
Elles ressemblent un peu à ça:

  • Si je déteste, ce sera un 2/5 (je crois que j’ai jamais mis de 1, ah si un seul), histoire sans intérêt/brouillon ou écriture mauvaise.
  • Je mets un 3/5 si le livre est: très bon mais ne m’a pas trop plus parce que l’histoire n’est pas ma tasse de thé, livre qui m’a plu dans l’ensemble mais soit l’histoire/écriture/personnages ou autre pêchent un peu quelque part.
    Je suis relou parce que 3/5 c’est généralement ma note de prédilection ahah. J’en mets même pour des livres qui sont dans mes préférés donc bon..
  • Je mets un 4/5 si c’est un livre dont l’histoire m’a vraiment plu. Il y a peu être quelques couacs mais les 4/5 c’est un peu mes livres où j’ai vraiment eu un petit coup de coeur.
  • Les 5/5…c’est rare. Il faut que l’histoire m’ait vraiment touchée ET que l’écriture soit vraiment très bonne. Et il faut que le livre soit aussi un peu spécial, c’est censé être la meilleure note quand même.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

  1. One last thing before I go, Jonathan Tropper
    Ca a été un de mes premiers livres de l’année et le premier livre que j’ai pécho chez Emma Roberts. Vu que je connaissais pas trop la vie encore à ce moment là je l’ai lu en Français.
    C’est l’histoire d’une ex-star du rock qui commence à vieillir et est un peu un looser, on peut le dire. Il commence à être malade et essaye de faire une mise au point sur sa vie. Il essaye de comprendre comment il en est arrivé là, de reprendre contact avec sa fille et passe du temps dans son immeuble pour gens divorcés (ou sur le point de l’être) et traîne avec ses deux potes minables sur la terrasse de la piscine à regarder des minettes qui ont la moitié de leur âge.. C’est pathétique, très drôle et touchant.
    Si tu lis pas trop c’est très facile à lire.
    Je l’ai lu majoritairement dans le train Rennes La Rochelle. 4/5

  2. D’acier, Silvia Avallone
    Premier roman de cette auteure italienne, acheté par ma momsie.
    Elle nous parle de la jeunesse italienne qui est en difficulté, notamment de deux jeunes filles très amies et qui essayent de grandir un peu trop vite pour échapper à leurs problèmes. Visuellement c’est très très beau, c’est très délicat et dur à la fois, c’est une petite pépite de jeunesse. Ce qui m’a beaucoup plu c’est que c’est dépeint de manière réaliste, pas romancé et cliché des jeunes filles, on sent que l’auteure connait cette période et qu’elle la traite sans vouloir rajouter des nuisances et en laissant la légèreté de cette époque. Ce qui je trouve est rare, les ados dans les livres et au cinéma c’est très délicat comme sujet et peu de gens en font quelque chose de bien.
    Lu à Paris sur mon lit. 4/5

  3. West of Eden, Jean Stein
    A ne pas confondre avec East of Eden de John Steinbeck.
    J’ai toujours aimé les histoires aux Etats-Unis, j’adore le cinéma et j’adore les gossips sur le milieu Hollywoodien, c’est mon côté trash oupsi (je vous rassure je stalke moi même je lis pas les tabloïds c’est de la merde et toutes les célébrités sont loin d’être un tant soit peu intéressantes).
    West of Eden c’est un livre qui regroupe l’histoire de cinq grandes familles fondatrices du milieu Hollywoodien. Ce sont des témoignages, des articles de presse, des anecdotes et beaucoup d’actes grandiloquents, de personnalités fortes, de la création d’une époque et d’un milieu, de l’art, de la psychiatrie et de familles qui ont beaucoup à raconter. J’ai beaucoup aimé en savoir plus sur l’histoire de Los Angeles et du cinéma, et l’exposition de l’auteure est très intéressante.
    Lu à Paris. 4/5

  4. D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan
    Un des premiers livres de l’année aussi, piqué à ma mère.
    Ce livre est de la mi-fiction mi-réalité mi-on sait pas trop et c’est ça qui est bien.
    J’ai trouvé ce livre super bien ficelé. J’ai jamais lu d’autres livres de cette auteure.
    J’ai adoré l’intrigue (c’est un peu une histoire d’harcèlement moral et de problèmes d’identité et de suspicion) géniale et j’ai aussi adoré tous les écrits sur le quotidien d’un écrivain, de ses habitudes personnelles, de l’habillement, des vacances, relations de couple et amitiés, des moments passés en cuisine. C’était très divertissant ET très bien écrit.
    Lu à Pau. 5/5

  5. The Year of Magical Thinking, Joan Didion
    La papesse Joan Didion.
    J’ai lu trois livres de Joan Didion. Un était de la fiction, un un essai et un autre très personnel, et ce dernier est mon préféré. Joan est connue pour écrire de manière précise et sans superflu et je trouve ça assez brillant. Si t’aimes les auteurs comme Proust ou Céline ou James Joyce ça va peut être pas te plaire.
    C’est un livre sur la famille, la relation de couple et la maladie et la mort d’un enfant, Quintana, sa fille (je spoile pas franchement c’est un livre sur la psychologie et la beauté et le quotidien dans la souffrance, pas un thriller). C’est très juste et écrit superbement.
    Lu à Paris. 4/5

  6. Dear Mr You, Mary Louise Parker
    C’est un premier livre, écrit par une actrice et peut être pas la plus belle prose que j’ai lue, mais c’est probablement mon livre préféré de l’année. J’ai adoré lire ce livre. Tu sais, pas l’idée que tu t’en fais, ni le souvenir que tu en gardes, mais la lecture, sur le moment j’ai vraiment adoré. Le principe de ce livre, ce sont des lettres écrites à tous les hommes de sa vie. De sa famille, de ses brèves rencontres superficielles, de ses amours.. Le concept est simple mais génial. C’est très fluide et détaillé avec de belles anecdotes et des détails très drôles et émouvants. C’est une très chouette lecture.
    Lu à Périgueux. 5/5

  7. Sweetbitter, Stéphanie Danler
    Un autre premier roman. Je l’ai lu cet été en vacances. Ma première lecture a été bonne. J’avais beaucoup aimé la première moitié et un peu moins la deuxième.
    Ce livre est inspiré de l’histoire de l’auteure. C’est une jeune fille de 22 ans qui s’appelle Tess, débarque à New York sans expérience mais avec un peu de chance se fait embaucher dans un restaurant assez huppé en tant que « backwaitress ». On découvre le milieu culinaire à travers ses yeux mais aussi ses premières expériences, de cuisine, de maturité et relationnelles. Je pense que je l’ai lu un peu trop vite. Au début j’ai mis 3 étoiles et puis j’ai écouté la version audio (meilleur livre audio que j’ai lu d’ailleurs, très très bien exécuté par Alex McKenna), tout en écoutant des milliards de podcasts et interviews de l’auteure que je commençais à beaucoup apprécier avec seulement son Instagram comme point de départ. J’ai plus pris mon temps, mieux écouté l’histoire et creusé le sujet et là ça m’a énormément plû.
    Lu à Contis, écouté à Rennes. 4/5

  8. A Little Life, Hanya Yanagihara
    Ce livre est un peu différent des autres. Fiction, 4 personnages principaux, des amis venant de professions différentes vivant à New York, leurs succès, leurs défaites mais surtout leur amitié. Et en point central, Jude, un homme torturé par ses expériences personnelles et par son passé très lourd, extrêmement pesant.
    C’est une superbe histoire sur les relations amicales et amoureuses. Sur la bienveillance et le désespoir, c’est archi dur. Pour te dire j’étais chez ma grand mère où il n’y a pas grand chose à faire, pas d’internet « coincée » avec ce livre et je me suis posée plusieurs fois la question de savoir si je devais continuer ce livre ou pas. Je sais pas vraiment si je me suis prise une claque ou pas mais ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains. C’est magnifique mais c’est aussi brutal, déprimant et extrêmement triste et on se demande toujours si l’espoir sera au rendez vous ou non.
    Je me considère comme un public averti. J’ai déjà vu des choses assez dures dans ma vie que ce soit au cinéma ou en voyage ou en me renseignant sur certains sujets et je crois que ce livre a été une des choses les plus violentes à laquelle j’ai été confrontée. Il faut dire il fait 720 pages donc on est vraiment en immersion, voire la tête sous l’eau.. Il n’y a pas de visuel mais ce n’est définitivement pas sans images. Donc à vous de voir pour celui là. J’ai vraiment eu du mal mais c’est un livre superbe.
    Lu à Lourdes chez ma Grand Mère. 5/5

  9. L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, Haruki Murakami
    C’est mon premier Murakami. A priori ce n’est pas forcément le plus connu donc peut être pas le meilleur, et les avis, j’ai l’impression divergent un peu sur ce livre.
    Ca a été pour moi une très bonne première impression. L’écriture est très belle et très différente de ce que j’ai lu ailleurs et ça ça m’a beaucoup plû. On voit vraiment que l’univers japonais est très présent dans le fond mais aussi dans la forme. J’ai toujours aimé la culture japonaise et le Japon a probablement été mon plus beau voyage donc déjà de prime abord je suis enclin à aimer certains aspects. C’est aussi une histoire d’amitié. Cinq amis très proches d’école qui se séparent, notamment l’un d’entre eux. Il a toujours été un peu différent des autres, n’ayant pas un surnom associé à une couleur, contrairement aux autres, et s’est toujours senti un peu différent. On assiste à une sorte de « wake up call » où le personnage principal, le sans-couleur, va vouloir comprendre pourquoi ses amis l’ont rejeté et a perdu ce lien très fort. Il décide d’entreprendre un voyage où il va élucider ce mystère mais pas seulement. C’est très particulier dans le fonctionnement des caractères des personnages. J’ai lu des commentaires sur ce livre qui dénonçaient le côté un peu macho et très masculin de ce livre. Je sais pas si ce n’est que ça ou pas, mais je crois que c’est voulu comme ça parce que la culture homme/femme est très différente de la notre au Japon. Et c’est une histoire, donc ça me choque moins. Même si les personnages masculins sont plus travaillés et plus intéressants que ceux féminins ça ne m’a pas choquée pendant ma lecture. C’est poétique dans la narration de l’histoire, plus que dans l’écriture pour moi mais c’est vrai qu’il y a des formulations qui sont presque comme des dictons. J’ai trouvé ça léger et assez apaisant et en même temps très fugace et surprenant.
    Lu à Pau. 4/5

  10. Slow days, Fast Company, Eve Babitz
    Ce livre est, je trouve, une pépite.
    Eve Babitz, c’est une auteure des années 60. Elle a toujours vécu à Los Angeles et vit pour cette ville. Elle y aime tout et la revendique avec exception. Elle a été connue aussi en tant qu’ami de beaucoup de monde, notamment Marcel Duchamp, avec qui elle jouait aux échecs, nue quand elle était jeune. Oui madame. Preuve en photo, qui d’ailleurs a fait le tour (je vous rassure Eve était d’accord et très à l’aise avec sa nudité). Ce livre est plein d’anecdotes, d’humour, d’histoires sur Los Angeles. On l’écoute avec ferveur, c’est extrêmement bien écrit, drôle et piquant. C’est un super livre et je le recommande notamment à toutes les filles qui veulent des histoires de femmes fortes. Eve avait pas peur de rembarrer ses prétendants qui jugeaient bon de critiquer son physique et ses pratiques alimentaires. Non mais alors !
    Lu à Rennes. 5/5

    Je finis avec deux livres que j’ai lu après Noël, deux super livres pour finir l’année en beauté ahah.

  11. I’ll tell you in person, Chloe Caldwell
    J’apprécie beaucoup aussi les recommendations d’Emma Roberts parce qu’elle est, il semble, ouverte à lire des auteurs récents, notamment des femmes et à laisser une chance aux nouveaux talents d’avoir plus de visibilité. Je trouve ça bien (en parlant de ça, pas dans ma liste mais ne veut pas dire que je n’ai pas adoré, les livres de Rebecca Solnit, Maggie Nelson et Sara Majka, trois auteurs femmes qui écrivent magnifiquement et/ou montrent des sujets qui méritent de l’attention).
    Donc revenons au sujet, I’ll tell you in person. J’aime de plus en plus avoir des références intelligentes qui soient proches de ma génération. Chloe Caldwell ici nous livre des essais personnels sur ses histoires de vie, ses doutes, ses pérégrinations dans la vie d’adulte, ses petites manies, ses désespoirs futiles ou ses moments de tragédie qui changent sa vie. Elle passe d’histoires sur ses boulimies de sucreries avec une langue superbement détaillée et colorée avec des formes et du plaisir, à sa prise de drogue avec humour et poésie puis à des histoires plus sérieuses avec son entourage et ses mentors dans sa vie d’écrivain qui sont assez captivantes. J’aime beaucoup retrouver des références proches de moi et ma génération et c’est un très joli bouquet d’écriture. Après j’admets que plus ça va plus je connais la culture américaine parce que ça m’intéresse beaucoup donc peut être que ce sera une lecture un peu différente pour les gens qui ne s’y intéressent pas trop, mais je conseille vraiment ce livre à tous les gens qui ont mon âge, un peu moins ou un peu plus, surtout parce que ça fait du bien de s’attacher à des modèles qui merdent aussi bien que nous.
    Lu à Pau. 4/5

  12. M Train, Patti Smith
    Dernier livre de l’année, le dernier Patti Smith.
    J’avais beaucoup aimé Just Kids. J’avais pas accroché avec Glaneurs de rêves et La mer de Corail, qui sont tous deux très poétiques. Et là M train.
    Je sais pas si j’ai préféré M Train à Just Kids mais je me pose quand même la question. Je ne peux pas trop comparer parce que de un j’ai lu Just Kids en français et M train en anglais. Et de deux, je crois que M train, je l’ai lu à un moment où le sujet me faisait vraiment plaisir.
    M train c’est un livre de voyage dans l’observation, la prise de temps, la dégustation de café, les belles et simples choses de la vie. C’est l’appréciation des petits favoritismes matériels. Je suis quelqu’un qui aime les rituels, qui a peu de choses et qui a tendance à chérir des choses stupides. Et j’aime l’idée que l’irremplaçable est snob, du goût et l’appréciation non pas de la richesse d’une chose mais du confort et du bien être qu’elle apporte. Peu importe si c’est un certain type de café qui me plait, un plaid hors de prix ou un souvenir auquel je m’accroche, mais il y a un certain rêve, une complaisance, un égoïsme et une beauté que nous seul pouvons voir, sentir, toucher, à laquelle on ne dirait jamais non, voir on pourrait en faire un caprice tout en essayant de se contenir et en respirer tout le bonheur sans que personne ne nous ait trop repéré.
    Je me suis un peu égarée mais M Train c’est un peu ça, pour Patti Smith. Un petit déjeuner favori, un manteau plein de trous, et des artistes qui l’apaisent et la rendent heureuse. Et je trouve l’écriture de Patti Smith très pointue et maîtrisée et c’est un beau voyage.
    Lu dans le train Pau Périgueux. 4/5

 

Et vous, qu’est ce que vous avez aimé ?
Bisous et bonne lecture ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :